Aujourd’hui je vous propose un article plus personnel. Je vais vous parler de mon parcours scolaire. J’ai fini mes études l’année dernière et je suis (toujours) en recherche de mon premier emploi. C’est donc le moment idéal de faire un récapitulatif, d’autant plus que je reçois des questions à ce sujet via mon blog, mais aussi sur mon Instagram et ma page Facebook (placement de mes réseaux sociaux : check). Je pense que c’est intéressant de connaitre le parcours des autres pour s’orienter, il sera peut-être utile à certaines d’entre vous.

Mon parcours scolaire

Ma vocation

Quand j’étais petite je suis passée par plusieurs envies de métiers, je l’avoue très différentes : caissière de supermarché (parce que j’aimais bien jouer à la marchande), rock star, vétérinaire (mais en fin de compte je ne me voyais pas les opérer ou les piquer), esthéticienne, architecte, psychologue, assistante sociale… mais c’est pendant mes années lycée que j’ai trouvé ma vocation.

Je me suis orientée vers un bac ES par élimination : je détestais les matières scientifiques puis moi et les langues cela faisait deux (c’est toujours le cas malheureusement, j’aimerais bien être bilingue en anglais).

Une de mes amies du lycée m’a parlé de son désir de faire des études de communication, je me suis donc renseignée par curiosité. Et il s’est avéré que cela m’a bien plus : c’est un secteur fait appel à plusieurs compétences, que ce soit des compétences créatives, relationnelles ou organisationnelles. Je me suis donc renseignée sur les différentes formations possibles sur internet et dans des salons : licences, BTS, DUT, les écoles spécialisées… Au final, j’y suis allée, mais pas elle, elle s’est orientée vers une école de commerce internationale.

books-552572_960_720

Le BTS

J’ai choisi de m’orienter vers un BTS Communication à Vichy, le côté professionnalisant de cette formation m’a interpellé, on peut (normalement) travailler directement deux ans après le bac. Ne sachant pas ce que je voulais faire après, cela m’a paru un bon compromis.

Ce BTS m’a permis à travers de la théorie, des ateliers (PAO, cas pratiques fictifs et réels) et plusieurs stages, de connaitre la communication au sens large : la communication externe (c’est-à-dire auprès des consommateurs), interne (qui s’adresse aux salariés de l’entreprise), commerciale (promotion, marketing direct, gestion client) et stratégique (positionnement, cibles, promesses, messages, sondages).

Après ces deux ans, je ne me voyais pas encore travailler, car on a appris beaucoup de choses et développé une large palette de compétences sans pour autant se spécialiser. J’ai donc décidé de poursuivre mes études.

La licence professionnelle

J’ai été prise dans la licence professionnelle commerciale de la communication et multimédia à Vichy. J’ai choisi cette formation pour renforcer ma double compétence technique et commerciale.

Plus tard je ne souhaite pas être commerciale, mais chargée de communication. Dans ce poste, il faut de la polyvalence, sans être un expert dans chaque domaine, il faut être bon un peu partout : rédaction, création, stratégie, fabrication…

Cette licence était donc du commercial pur : organisation de la force de vente, typologie du consommateur, droit et déontologie commercial, négociation avec aussi des cours pour connaître les marchés et les produits en communication et multimédia comme l’imprimerie, la publicité, les régies, les médias… J’avoue que ce n’est pas la formation qui m’a la plus intéressée, mais il fallait bien que je passe par là pour enrichir mes compétences et pouvoir faire un master.

Le master

Une fois ma licence en poche, j’ai pu aller dans un master. La communication étant en pleine évolution avec le numérique : réseaux sociaux, web, design graphique, vidéo… j’ai choisi de faire un master dedans. Ayant essentiellement fait du print (affiche, flyer, carte de visite…) lors de mes formations précédentes, il me manquait une corde à mon arc.

J’ai donc intégré pour deux ans le Master Information Communication Numérique à Saint-Étienne rebaptisé aujourd’hui le Master Design de Communication Innovation et Médiation Numérique (ça en jette plus).

Ce master m’a permis d’acquérir des compétences dans la mise en œuvre et la communication de projets numériques, en étudiant les outils et leurs usages. Par exemple j’ai fait entre autres du code, des réalisations sur les logiciels de PAO (Illustrator et Indesign) et du montage vidéo.

Pendant ce master, j’ai dû réaliser un projet professionnel de A à Z en lien avec mon mémoire, qui était sur les labels indépendants dans l’industrie musicale. J’ai donc créé un blog, enfin plutôt un webzine sur l’actualité musicale stéphanoise, Sound Of Sainté. J’avoue m’être bien épanouie pendant ce projet contrairement au mémoire où j’étais un peu sur les nerfs. J’ai pu rencontrer et interviewer plein de groupes et d’acteurs de l’industrie musicale stéphanoise, et me faire une place parmi les médias stéphanois.

Mon parcours scolaire s’achève donc là avec un Bac +5 en poche et je n’en suis pas peu fière. J’ai suivi les conseils de nombreuses personnes professeurs, parents, famille et de la société en générale en faisant des études, j’étais donc assez sereine pour mon insertion dans le monde du travail, mais la réalité n’est pas si simple.

L’après… la dure réalité

board-2161880_960_720

Après mes études, je me suis mis assez vite à la recherche d’un emploi, enfin en septembre car pendant les grandes vacances les embauches sont assez rares.

Entre temps j’ai quitté Saint-Étienne pour m’installer à Lyon par amour. Je me suis dit que dans une grande ville comme Lyon, qui a été élu la deuxième ville de France où il est bon de travailler et qui est la troisième la plus peuplée, il y avait du boulot.

Malheureusement… non ! Aussi il faut dire que je cherche dans l’un des secteurs le plus touché par la crise : la communication.

Mon bac +5 et mes 1 an et demi de stage n’a pas beaucoup de poids. Les annonces sont rares, les recruteurs très exigeants et les entretiens sont pratiquement inexistants. Je rencontre beaucoup d’obstacles rien que sur les annonces. Le plus fréquent est le manque d’expérience, à croire qu’il faut de l’expérience dès la naissance. Pas plus tard qu’hier j’ai vu une annonce où il demandait 12 ans d’expérience… en moyenne c’est minimum 4 ans… Je ne peux malheureusement pas les inventer. J’ai donc cherché des postes d’assistantes de communication, mais malheureusement la plupart de ces postes sont pour les stagiaires et les alternants… c’est sûr, c’est moins cher.

J’ai également cherché du côté des services civiques, mais là encore il y a un problème je suis trop diplômé. Mince alors moi qui voulait de l’expérience et qui accepte d’être pas super payé…

Actuellement, j’épluche les offres d’emploi en communication, mais également dans d’autres domaines comme la vente et l’administration. Malheureusement mon manque d‘expérience et mes diplômes sont encore un frein. Ma mère me conseille de faire encore des formations pour avoir plein d’autres cordes à mon arc, comme une formation ressource humaine qui est assez complémentaire de la communication… mais est-ce que ça vaut le coup ?

J’attends donc ma vague… Je ne perds pas espoir un jour mon prince emploi viendra (le prince je l’ai déjà trouvé). En attendant, je m’investis à fond dans ce blog, ce qui me permet de retrouver le sourire. Je prends plaisir à écrire, à prendre des photos, à partager et échanger avec vous, à rencontrer d’autres blogueuses en vrai ou simplement en ligne, à collaborer avec des marques, à participer à des événements … tout ça me permet de garder confiance en moi et de ne pas sombrer. Donc je veux vous dire simplement un grand merci.

J’espère que cet article vous aura plus !

Et vous, quel est votre parcours scolaire ? Et avez-vous trouvé un job qui correspond à vos études ?

« Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d’abord endurer la pluie. »

 

Publicités